Cendres et poussières

Cendres

Le Président polonais n’a pas été acccompagné vers sa dernière demeure par son autre famille, celle des chefs d’Etat, à l’exception du voisin russe, Medvedev.  Les autres, Obama en tête, auquel Merkel et Sarkozy avaient emboîté le pas, étaient restés chez eux, faute d’avion pour les transporter.

Cette fois-ci, plus de volcans sous-marins déclenchant un tsunami, mais une explosion en plein air, telle qu’à Santorin, la plus méridionale des Cyclades, pour remonter loin.

Dommage collatéral, les cendres envoyées vers les cieux par le volcan islandais ont  perturbé l’hommage rendu à d’autres cendres, présidentielles celles-la.

L’homélie prononcée dans la cathédrale de Cracovize fut-elle une glose du verset 19 du chapitre II du Livre de la Genèse : « Oui, tu es poussière / à cette poussière tu retourneras. » ?

Tout un chacun, dans cette affaire d’éruption, est ramené à son vrai niveau : celui du sol, et à l’humilité du fantassin, soldat bien moins porteur de fantasme que l’aviateur ou le pompon rouge de La Royale.

Les restes de Lech Kaczynski gisent désormais dans un tombeau. Merkel, Obama, Sarkozy ont été cloués au sol. Les compagnies aériennes, les voyagistes et beaucoup d’autres professions voient leurs comptes et résultats mordre la poussière.

Vanitas vanitatum et omnia vanitas. ( Ecclésiaste, I, 2 )

Laisser un commentaire