L’EURO A LA GRECQUE

La Grèce est bien dans la Zone Euro : jetez un coup d’oeil sur les billets émis par la BCE !

A côté de la valeur faciale, figure le nom de la monnaie, sous deux alphabets, celui des 16 pays adhérents,  avec les voyelles et les consonnes qui nous sont familières, mais aussi , et avec la même taille de police, celui des Hellènes.

L’effacement de la moitié de la dette grecque entraînera-t-il une réduction à due concurrence de la dimension des caractères ?

Ce serait justice.

Nos voisins, leurs armateurs et leurs popes qui habitent dans des niches fiscales  dorées, possèdent leur Illiade sur le bout des doigts, notamment le passage sur le cheval de Troie. Quelques siècles après, c’est sous la parure de comptes et bilans faux et truqués qu’ils ont pu abandonner le drachme pour l’Euro,  pénétrer dans la Zone du même nom et y importer les désordres que l’on connaît.

Les dirigeants européeens de l’époque auraient dû avoir le même pressentiment funeste manifesté par Laocoon, à la vue de ce cheval de bois:  » Timeo Danaos et dona ferentes « , soit  » Je crains les Grecs, même quand ils font des cadeaux.  » Hélas, ses compatriotes demeurèrent sourds à ses mises en garde.

La version triviale et moderne de notre irritation et de notre indignation, pour copier  S. Hessel,  peut prendre la forme de la lapidaire exclamation  » Va te faire voir chez les Grecs ! ».

 

 

 

Laisser un commentaire