Press, Romanciers Coréens

L’ART DE LA CONTROVERSE

  • De Hyoung-Su Park, François Blocquaux, Ki-jung Lee

  • Parution : 09 mars 2016

Park Hyoung-su a le génie de porter à leur paroxysme des situations ordinaires jusqu’à en faire des tragédies burlesques. Ses récits sont menés tambour battant avec un humour ravageur. Les héros de ses nouvelles – si l’on peut parler de héros – pratiquent volontiers l’autodérision et cachent sous une allure agressive teintée d’un complexe de supériorité une grande vulnérabilité née de profondes blessures intimes.
En toile de fond se dessine l’injustice de la condition humaine.

Capture d’écran 2016-04-09 à 14.39.19

 

 

IMG_3557

IMG_3558

Capture d’écran 2016-04-08 à 18.44.57

 

Capture d’écran 2016-04-08 à 18.36.19

Capture d’écran 2016-04-08 à 18.22.39« Sur le squelette de mes souvenirs d’adolescent, j’ai drapé quelques haillons romanesques », écrit Lim Chul-woo (né en 1954) en épilogue du Phare, suite de son bestseller, Je veux aller dans cette île(L’Asiathèque), récit de son enfance sur l’île de Wando. Comme une parenthèse dans l’oeuvre politique de cet auteur engagé, le journal de bord de son jeune héros, débarqué avec mère et soeurs dans un « hameau de foutraques » de la banlieue de Kwangu, entraîne le lecteur au coeur de la Corée des petites gens. De saynète en saynète, Cheol, 12 ans, gamin turbulent au grand coeur et à la haine tenace (envers le père volatilisé), brosse avec une grande fraîcheur le portrait de ses voisins de peine. Un bel hommage à toutes les mères courage des années 1960.

Marianne Payot

LE PHARE, par Lim Chul-woo, trad. du coréen par François Blocquaux et Lee Ki-jung. L’Asiathèque, 296p., 25€.

Laisser un commentaire