Archives du mot-clé Haïti

Haïti : Aïe !!!‏

Haïti : les 12000 GI’s sont arrivés avec leurs gros sabots et leurs rangers aux pieds dans un pays indépendant depuis 1808.
Je m’étonne des cris d’orfraies poussés par ceux qui s’étonnent de cette invasion et des méthodes employées. Rappelez-vous qu’en 1944 il était prévu de transformer le France en un protectorat, sous gouvernance U.S. Des billets de banque avaient même été imprimés.
Mieux vaut pour Obama des adeptes du vaudou implorant un Dieu impitoyable que des djihadistes, les chaussettes pleines de pentrite.
Mais sa patte est aussi rude que celle de son prédécesseur.
Vous avez vu la « mésaventure » qu’a connue Tiger Wood, le chamion de golf, qui se dépensait ailleurs que sur les greens. Ses failles sont apparues.
Réserve faite des galipettes, je vois une certaine analogie avec Obama, dont le côté lisse et prêcheur masque mal, désormais, le véritable aspect du personnage, pro de la politique et de la com.
Comme dans le conte d’Andersen, le roi est nu.

Lecture recommandée‏

Les Américains ont donc débarqué à Haïti.
Ce fut plus facile qu’à Cuba, dans la Baie des Cochons.
 » Pousse-toi de là que je m’y mette ! Une fois les lauriers cueillis et la démonstration de ma puissance technologique faite, je vous laisserai la place. »
Lisez donc – c’est en B.D, donc d’accès facile ! – L’histoire populaire de l’Empire américain ( Howard Zinn, Mike Konopacki, Paul Buhle). Il existe une traduction en français, chez Vertige Graphic.
Le livre s’ouvre sur le massacre des Indiens, en 1890, à Wounded Knee et se clôt sur La guerre permanente : le consensus des deux partis.
Je pense qu’il y aura des addenda…
Une image fugace au journal télévisé. L’aérodrome de Port-au-Prince. Des gros porteurs débarquant hommes, chiens et équipements. Et puis, deux fières bannnières flottant au vent ( style le drapeau russe au sommet du Reichstag en ruine, ou le drapeau américain à Iwo Jima ). Elles sont rouge sang de boeuf, avec des étoiles : voilà les Chinois !!! Qu’on se le dise et qu’on le voie !
Les chiens pissent autour des réverbères pour marquer leur territoire, eux.
Manifestement, les autres pays sont plus discrets ou plus brouillons quand ils font leur paquetage.
P.S : Si vous prenez un billet d’avion, attention au lapsus : Haïti n’est pas Tahiti, non plus que Goa Gao.